Compétence de quoi parle-t-on ?

Olystic blog

Compétence : l’ensemble du monde du travail ne jure que par cette notion. Mais que signifie-elle au juste ?  

Cette notion, complexe, se doit de mêler à la fois une objectivité technique, une prise en compte de la subjectivité, mais également du contexte.  Dans son ouvrage, De la compétence, Essai sur un attracteur étrange, Guy Le Boterf, écrit : “ L’opérateur compétent est celui qui est capable de mobiliser, de mettre en œuvre de façon efficace les différentes fonctions d’un système où interviennent des ressources aussi diverses que des opérations de raisonnement, des connaissances, des activations de la mémoire, des évaluations, des capacités relationnelles ou des schémas comportementaux. Cette alchimie reste encore largement une terra incognita " [G. Le Boterf, De la compétence, Essai sur un attracteur étrange, Paris, Les Editions d’organisation, 1994.]

Historique de la notion de compétence

Le terme de compétence est d’origine anglo-saxonne. En France, il se substitue progressivement à la notion de qualification, mais traduit des problématiques sensiblement identiques et reste une tentative pour objectiver ce que le collaborateur vend à l’entreprise, étant entendu que ce qu’il vend dépasse sa seule capacité d’occuper son poste de travail.  

En effet, vers les années 1970/ 1980, le modèle descriptif commence à abstraire la question du poste de travail pour décrire la qualification en rapportant avant tout à l’individu : « Ils (Lesne et Montlibert) abandonnent le concept de poste de travail au profit de celui de “fonction“ afin de mettre l’accent sur la “personne“, de tenir compte dans la définition de la qualification d’activités peu formalisables comme “la culture générale, l’expression-rédaction, les opérations intellectuelles (…)“, d’obtenir une définition qui soit basée sur “la réalité empirique du travail“ et de “recueillir des données dynamisées [permettant] de mener une analyse concernant le futur“ » [E. Oiry “Qualification et compétence : deux sœurs jumelles ?”, Revue française de gestion, 2005/5 (no 158), pages 13-34]  

La notion de compétence, utilisée par la psychologie américaine, remplace peu à peu celle de qualification et a pour but d’objectiver l’apport de l’individu dans la productivité. Lorsque la notion de compétence se déploie dans l’analyse scientifique du monde du travail, elle est d’abord en rupture avec celle de qualification car elle pense rendre objectivable et scientifiquement définie toute qualification.  

Cependant, le concept évolue, intègre les critiques qui lui sont faites et conçoit l’hétérogénéité des compétences et l’impossible objectivité. La compétence se mesure à la fois par un ensemble de ressources que possède l’individu mais également en fonction d’un contexte et donc de l’action. Elle est également dynamique car elle se construit en permanence en fonction de ce qui la constitue. [J.C Coulet, “La notion de compétence : un modèle pour décrire, évaluer et développer les compétences”, Travail humain, 2011/1 (Vol. 74), pages 1 à 30].

Pour reprendre les mots de J.C Coulet, nous pouvons définir les compétences de la manière suivante : “ une aptitude de l’individu à mobiliser de façon dynamique des ressources hétérogènes (connaissances, savoir-faire techniques, aptitudes physiques, comportements) en vue de produire le résultat attendu dans un contexte professionnel donné”.

La compétence : une notion complexe

Alors même que la compétence est au cœur de notre pensée concernant l’éducation, la formation et le travail, elle soulève malgré tout certaines questions :  

La cartographie des compétences, un nouvel outil managérial

Pour finir, la notion de compétence est aujourd’hui une problématique phare des organisations car les métiers évoluent très vite et les compétences doivent suivre le pas. “En effet, selon une étude publiée par LinkedIn sur l’état des compétences en 2021, 46% des employés, managers et chefs d’entreprise estime que leurs compétences principales seront obsolètes d’ici cinq ans”.  

Ainsi, lors d’un recrutement, la question du métier est enrichie de celle des compétences. C’est pourquoi cette enquête réalisée auprès de 5000 collaborateurs, a établi un tableau des compétences les plus recherchées en 2021 :  

Parmi les soft skills, les entreprises recherchent avant tout :  

Parmi les hard skills, les plus demandées sont :  

Ainsi, l’enquête a publié un tableau les champ de compétences les plus recherchées en 2021 :

1  Informatique et programmation - Catégorie : Technologique

2 Leadership et gestion des équipes - Catégorie : Social

3 Communication et négociation - Catégorie : Social

4 Entrepreneuriat et prise d’initiatives - Catégorie : Social

5 Gestion de projet - Catégorie : Cognitive

6 Créativité - Catégorie : Cognitive

7 Analyse de données et mathématiques - Catégorie : Technologique

8 Sens critique et prise de décision - Catégorie : Cognitive

9 Adaptabilité et apprentissage continu - Catégorie :Social

10 Conception technique et ingénierie - Catégorie : Technologique